COUPE DE FRANCE FUTSAL

10 mai 2011 - 07:50

Le SCP conserve son titre

 

 
 
Le Sporting Club de Paris remporte la 17ème édition de la coupe Nationale de futsal au terme d’une superbe après-midi. Trois rencontres de haut niveau ont précédé une finale de très haute volée entre les deux favoris Parisiens.

De nombreuses personnalités du futsal étaient présentes et ont pu assister à la victoire du Sporting Club de Paris notamment Pierre Jacky, sélectionneur de l’équipe de France de Futsal, Patrick Pion, sélectionneur des U21 et Michel Muffat-Joly, chef de la délégation France, ou encore Stéphane Basson, capitaine emblématique de la sélection tricolore mais aussi de nombreuses personnalités du football amateur telles que Bernard Barbet, président de la LFA, d’Alain Charrance, vice-président de la LFA, André Prévosto, directeur de la LFA ou encore Philippe Couchoux, notamment président de la commission Ile de France de Futsal. Autant de présences importantes et d’importances à l’égard de la discipline.

Lors de la première demi-finale, insouciant et très efficace, Bruguières a bien failli créer l’exploit. Un match réussi et un visage séduisant offert par la formation. Mais la dernière minute des deux mi-temps crucifie les joueurs de la périphérie Toulousaine alors qu’ils n’auront jamais été menés… jusqu’à la dernière seconde. Pourtant, en début de semaine, Jean-Christophe Martinez, clairvoyant, savait ses joueurs capables d’une belle performance si les brefs instants d’inattention entrevus cette saison n’étaient pas reproduits. Or, c’est précisément à ces instants que son équipe laisse la victoire à Paris Métropole.
D’abord en laissant les Parisiens revenir à 4-3 à la mi-temps par deux buts encaissés dans la 14ème minute. Un retour au vestiaire malheureux qui change le cours du match. En reprenant la seconde période avec 3 buts d’avance, pas sur que Paris Métropole revenait dans la partie.
Ensuite, en encaissant l’égalisation à la 29ème minute (5-5) puis le 6ème but à une demi-seconde du terme, de quoi nourrir de nombreux regrets. Heureusement, le BSC peut compter sur les encouragements constants de la vingtaine de supporters, et de supportrices rayonnantes, pour digérer cette déception et s’imposer tranquillement dans la petite finale. A l’image de Christopher Romao, les coéquipiers de Samad Ounzar auront été très généreux dans l’effort que cette troisième place vient finalement récompenser. Malgré la déception du premier match, Bruguières SC quitte le complexe sportif satisfait d’une journée enrichissante.

Pfastatt MJC termine à la 4ème place. Les hommes des frères Barkat ont connu beaucoup de difficultés à s’exprimer ce samedi. Après une première rencontre perdue 0-2 face au futur vainqueur, les Alsaciens ont du vite se reconcentrer et tenter de récupérer de leurs efforts physiques pour débuter une petite finale face à des Bruguièrois frustrés par le scénario de leur premier match.

Dans cette première rencontre, Colabella et ses poteaux auront longtemps retardé l’échéance avant de céder à deux reprises à 5 minutes du terme.

Dans la deuxième, Pfastatt n’y est plus et encaisse rapidement 3 buts en première période. La fatigue se fait sentir dans les deux camps et plus rien n’est marqué par la suite. En enchainant deux rencontres, Pfastatt a sans doute souffert d’un temps de récupération plus faible et la perte de deux joueurs face au Sporting a compliqué la gestion du match pour les coachs Alsaciens. Malgré tout, Bruguières se sera montré plus conquérant dans ce dernier match. Sans avoir démerité, Emmanuel Giovinazzo, qui jouait le dernier match Alsacien de la saison en remplaçant Lionel Colabella, n’a rien pu faire.

Bousculé lors d’une demi-finale remportée dans les toutes dernières secondes de la rencontre, Paris Métropole bénéficiait de deux matchs pour reprendre ses esprits et se préparer au combat des titans face au Sporting. Après 5 minutes équilibrées et une ouverture du score de David Le Boette d’une frappe magnifique, le champion de la poule B laisse le ballon à son adversaire et subit le contre-coup de sa demi-finale lors de laquelle, il aura laissé beaucoup de forces physiques et morales. Regroupé derrière, Paris Métropole compte alors sur l’explosivité d’Azdine Aigoun et de Bruno Barboza pour jouer les contres. La meilleure défense du championnat tient le coup avant de céder une première fois sur un but de Betinho. Sur le banc, Jean-Pierre Sabani hésite à demander le temps-mort. Il avouera après coup regretter d’avoir laissé le jeu se poursuivre. Moins d’une minute après, le SCP prenait un avantage définitif. La meilleure défense du championnat cède finalement à deux reprises, coup sur coup. Elle paie les efforts physiques de la journée mais également le fait d’avoir laissé le ballon à l’adversaire. Car si cette équipe a encaissé si peu de buts cette saison c’est parce qu’elle a su monopoliser le jeu face à ses adversaires du groupe B et priver ainsi les attaquants de ballon. Hier, en abandonnant le jeu au profit du Sporting, meilleure attaque du championnat, elle n’a pas fait ce qu’elle savait faire de mieux ! Betinho et ses partenaires n’en demandaient pas plus. 

En face, le Sporting remporte sa deuxième coupe et devient le troisième club dans l’histoire de cette compétition à conserver son titre [1]. Souvent mené cette année, le Sporting, sûr de sa force, n’a jamais douté. Malgré l’enjeu hier, les co-équipiers de Soares ont su rester sur cette ligne de conduite. Harcelant la défense de Métropole part ses multiples tentatives, son jeu en mouvement, ses frappes puissantes. Que dire de la qualité de son effectif, lorsque Betinho, Soares ou Diniz, dangers constants sortent, ils sont remplacés par Teixeira, Hamdoud, Chaulet ou Khireddine, tout aussi dangereux ! des remplacements de qualité qui pèseraient lourdement sur n’importe quelle défense. Depuis plusieurs semaines déjà, le coach Parisien, Rodolphe Lopes exerçait ses joueurs au jeu à 5 joueurs de champ. En prévision de cette finale ? Peut-être, en tous cas, c’est à 5 joueurs de champ que le Sporting parvient à égaliser et à prendre l’avantage en moins d’une minute. Un deuxième but qui assomme les joueurs de Métropole et plie ce match. Le Sporting aurait pu alourdir le score en fin de rencontre, lorsque les hommes de Jean-Pierre Sabani évoluent, à leur tour, à 5 joueurs de champ mais les tentatives lointaines de Falasque et Betinho trouvent les poteaux. Le Sporting s’impose finalement 2-1.

Le Sporting Club de Paris recevait la coupe des mains du président de la LFA, Bernard Barbet. Ce samedi 7 mai, les 4 équipes ont offert un spectacle de haute volée. Une après-midi captivante par sa physionomie, séduisante par la qualité du jeu proposé. Des journées comme celles-ci, c’est sûr, on en redemande.

[1] Auparavant, seuls l’USVO Grenoble (1996 et 1997) et Roubaix Futsal (2005 et 2006) étaient parvenus auparavant à conserver leur titre. 

Retrouvez le fil des rencontres : 

Demi-finale : Bruguières SC - Paris Métropole : 5-6 >>>

Demi-finale : Pfastatt MJC - Sporting Club de Paris : 0-2 >>>

Place de troisième : Pfastatt MJC - Bruguières SC : 0-3 >>>

FINALE : Sporting Club de Paris - Paris Métropole : 2-1 >>> 

Commentaires

59/62 cht "is a signé le livre d'or 9 mois
LES DR POITIERS FUTSAL a MARRAKECH 10 mois
pascal locatelli a signé le livre d'or 1 an
Guy Lambert a commenté LES LIGAMENTS CROISES plus de 2 ans
ET USP a signé le livre d'or plus de 2 ans
Tigre et DRagon est devenu membre plus de 2 ans
LES LIGAMENTS CROISES plus de 2 ans
Bonne Année 2015 plus de 2 ans
bonne année 2015 plus de 2 ans
JOE MAC OUILLE a signé le livre d'or plus de 2 ans
MAILLOT des DR plus de 2 ans
L'UEFA change les têtes de série plus de 2 ans
Match et collation plus de 2 ans
Apa Wadewe Lamothe Berlivet est devenu membre plus de 2 ans
AVANT GARDE DE TROYES a commenté Dragons Rouges Poitiers / Geant Casino plus de 3 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 8 Joueurs
  • 4 Supporters

SPEED PHONE

 

Accessoire Téléphone portable

Réparation d'Ecran Cassé...

 

 

Speed Phone