DRAGONS ROUGES POITIERS FUTSAL : site officiel du club de foot de BIARD - footeo

SEMAINE SPECIAL EQUIPE de FRANCE FUTSAL

27 octobre 2010 - 08:56

2 ième partie " ses premières pages"

Après un départ hasardeux, James Doyen s’installe à la tête de l’équipe de France sans réel objectif sportif. L’idée originelle est de poursuivre la promotion de la discipline et de répondre à une demande émanant des instances internationales. James Doyen conservera ce poste pendant 6 ans. Au cours de ces 6 années, malgré des lacunes techniques et tactiques, l’équipe vivra des moments d’une rare intensité, comme le fameux tournoi du Tiger 5 en 1999 à Singapour, les organisateurs croient alors inviter l’équipe championne du monde. Il va également instaurer des valeurs et un état d’esprit qui seront les bases de la construction future de cette équipe nationale celles sur lesquelles le groupe France s’appuiera pour progresser. Intégrer ce groupe implique de respecter ses valeurs.

 

 

 

L’équipe de France de futsal est en route. Les débuts seront compliqués. Le fossé qui la sépare du niveau des autres nations mondiales, même modestes, est important. Cette nouvelle discipline repose sur des bases tactiques et techniques spécifiques. Tout est nouveau jusque dans le suivi médical, il faut s’adapter. Le premier match de l’ère Doyen confirme les difficultés présomptives. Pour cette rencontre, les Français retrouvent leur voisin Belge battu un an auparavant. Cette fois, le match n’a pas la même saveur. Au coup de sifflet final, le score est lourd, la Belgique l’emporte 8 à 0. Pour le sélectionneur, James Doyen, le chemin à parcourir est immense, plein d’embuches mais ce dernier est tellement persuadé de la valeur de cette discipline qu’il encourage avec abnégation son équipe. «Je me souviens… (rires) j’arrivais à faire croire aux joueurs qu’on avait une chance de faire quelque chose alors que dans mon fond intérieur, je savais que celle-ci était minime, voire nulle !!! Au début la différence était telle que c’était une équipe de D1 qui affrontait une équipe de dernier niveau district. On était ridicule au niveau des résultats».

 

 

 

Le tiger 5 – la fausse aux lions

La première victoire de l’équipe de France de futsal version James Doyen est sifflée au terme d’un match face à la Malaisie en 1999, le 6ème match des Français, une victoire 2 à 0, dans le cadre du tiger 5, le plus grand tournoi amical organisé à l’époque par la marque internationale de Bière Tiger à Singapour. La France ouvrait ce tournoi face au Brésil, défaite 11 à 1. La qualité des adversaires, de l’accueil, de l’ambiance, de l’organisation donnaient à cet évènement un côté surréaliste pour notre jeune équipe. Quelques mois après la finale de la coupe du monde, les organisateurs de ce tournoi invitaient l’équipe de France de Futsal en tant que championne du monde de football. L’idée des organisateurs est alors de reproduire la finale du dernier mondial de football : France-Brésil. Jean-Pierre Sabani, l’actuel président de Paris Métropole est ce jour là, le portier de cette formation, il raconte : «A l’arrivée, en descendant de l’avion, nous faisions face à un crépitement de flashs assez surprenant. Une vingtaine de journalistes nous attendait, ils pensaient voir l’équipe de France de Zinédine Zidane. Quand ils se sont rendus compte que ce n’était pas du tout le cas, en ¼ de seconde, il n’y avait plus personne».

 

 

 

Ce tournoi restera à jamais gravé dans la tête de l’entière délégation française présente à cette occasion tant l’évènement dépasse la petite expérience d’une sélection encore naissante. Une salle ambiancée par 5,000 à 6,000 personnes chaque jour (dont beaucoup de Brésiliens qui n’avaient pas hésité à faire le voyage), les caméras de télévision qui retransmettent l’évènement, la rencontre face aux Brésiliens inscrivant un premier but après moins d’une minute de jeu sans que nos bleus aient réellement pu comprendre ce qui leur arrivait. Le staff et les joueurs connaissent leurs premiers frissons, ce que concède Michel Muffat-Joly : «L’ambiance, c’était autre chose que ce qu’on peut avoir en France. Sur le match contre le Brésil, au bord du terrain j’ai eu des frissons». Ils mesurent également le chemin qui leur reste à parcourir. Sur le terrain, l’écart avec les verts et jaunes est incommensurable, «contre le Brésil, nous aurions du en prendre 30 mais ils ont joué intelligemment et ont compris que ca ne servait à rien, que ca décrédibilisait leur propre performance» raconte Pierre Jacky. En dehors du terrain, l’écart se fait également sentir, «dans l’avion, nous étions avec l’équipe d’Espagne. Eux étaient en 1ère classe, nous en seconde. Nous étions en survêtements de l’équipe de France. Eux sont tous descendus en costumes» confesse Jean-Pierre Sabani.

 

Avant le Tiger 5, l’équipe de France aura participé à 4 rencontres et connu 4 défaites avec 4 buts marqués pour 30 encaissés. Les deux premières victoires dans ce tournoi ne transfigurent pas les statistiques de l’équipe, soit 8 matchs, 6 défaites, 2 victoires, 11 buts marqués pour 44 buts encaissés.

 

 

 

 Les valeurs

Cette équipe de France découvre le futsal -sa spécificité, sa complexité tactique, ses exigences physiques- différent à plus d’un titre de ce que peuvent connaitre les jeunes Français, tous originaires du foot en herbe. «Les joueurs ne maîtrisaient ni la technique spécifique du futsal, ni son règlement. On jouait au football en salle. Et lorsqu’on a commencé à acquérir la technique futsal, nous étions dépassés au niveau de la tactique qui est un aspect fondamental dans ce sport. Les joueurs devaient intégrer toutes ces nouvelles composantes : technique, tactique, physique. Nous étions vraiment au niveau de la « préhistoire » par rapport à d’autres nations qui possédaient un statut semi-professionnel voire professionnel» reconnait James Doyen. Malgré ces difficultés sur le terrain, l’aventure que démarre cette sélection pose les bases de relations humaines très saines bâties sur des valeurs et un état d’esprit vitales à la continuité d’une sélection. «Il fallait s’adapter à la politique d’une sélection. Faire attention aux horaires, aux tenues, aux langages. A l’époque, dans les clubs, on pouvait arriver 5 minutes avant un match, se changer et rentrer sur le terrain. En sélection, c’est différent et soit tu l’acceptes, soit tu t’élimines avant même d’avoir touché le ballon» explique Jean-Pierre Sabani. Stéphane Basson, actuellement le joueur le plus capé avec 81 sélections et capitaine,  reprend le brassard en 2006 après le départ de Fernando Da Cruz. Il poursuit sur cette notion de valeurs et d’état d’esprit : «J’ai vu de très bons futsalleurs n’être que de passage parce qu’ils ne respectaient pas ces règles, du coup ils se sont écartés eux-mêmes. Etre joueur international, même amateur, implique une certaine exemplarité. Aucun passe droit n’a jamais été accordé à personne». Ces exigences extra-sportives ont permis à James Doyen d’abord puis à Pierre Jacky d’inculquer des valeurs de solidarité et de combativité. «Nous avons perdu des très très bons joueurs dans le futsal mais nous avons toujours eu des joueurs intelligents, avec un certains état d’esprit. C’est une vérité qui a traversé les générations et que nous continuerons à défendre» résume Michel Muffat-Joly.

En plus de ces valeurs humaines, ce groupe a du caractère, il est compétiteur et a ainsi pu progresser, défendre les couleurs Françaises et l’identité futsal made in France. Sur le terrain, les joueurs ont toujours mis un point d’honneur à faire face à l’effort, à ne jamais baisser la tête. «Les débuts ont été très compliqués, en revanche, le courage des joueurs, leur volonté de ne pas baisser les bras sont les choses dont j’étais le plus fier, affirme James Doyen. Jamais, jamais, vous entendez, jamais ils n’ont renoncé. Les joueurs avaient soif de progrès». Il est rejoint par Stéphane Basson : «L’état d’esprit a toujours été une chose importante. Dans la défaite, c’est encore plus vrai. Nous n’avons jamais baissé les bras, nous avons toujours défendu nos couleurs avec honneur. Ca a été un point majeur aux yeux de nos deux coachs, James orientait beaucoup son discours sur ce point et Pierre Jacky a conservé cette ligne de conduite. C’est une de notre force : notre mental». Au sein du staff et de l’équipe médicale aussi ce ressentie existe, Jean-Pierre Multigner, kiné, présent depuis les débuts de cette équipe en est un témoin privilégié : «Depuis le début, on a affaire à des gars motivés qui ne lâchent rien. Car on a pris des bonnes valises mais à aucun moment ils n’ont lâché un match, ils se sont toujours accrochés, il y a toujours eu cet état d’esprit exceptionnel».

 

 

 

Cet état d’esprit est la base fondamentale à tous progrès. C’est un constat qui est fait dans le sport de haut niveau depuis des millénaires, un constat qui sera vrai dans dix ans et jusqu’à la fin des temps. Beaucoup d’autres paramètres entrent en ligne de compte mais le mental reste le socle, la pierre sur laquelle repose l’édifice entier. L’équipe de France de futsal connait des progrès réels. Certains les souhaiteraient plus rapides, plus illustres et plus glorieux mais ils ont le mérite d’exister et c’est bien là le plus important. Il reste certes un long chemin à parcourir, de nombreuses étapes à franchir mais l’équipe de France de Futsal progresse, ces dernières prestations en témoignent.


L’état d’esprit et les valeurs permettent à cette équipe de France d’avancer sereinement. Encore loin des meilleures nations, les spectateurs constatent de réels progrès. En 2004, James Doyen passe la main. Pierre Jacky, d’abord adjoint de Jacques Devisme puis de James Doyen, reprend le flambeau avec la même exigence au niveau de l’état d’esprit et des valeurs attendues. Au fil des années, cette équipe de France restera une vitrine pour cette discipline. Malgré des résultats peu convaincants, elle ne se sera jamais laissée pour compte. Ainsi, le travail de la FFF, des clubs ainsi que l’engouement autour de la discipline et l’investissement du nouveau sélectionneur permettront à l’équipe de France de futsal de franchir un nouveau cap.

  

Commentaires

59/62 cht "is a signé le livre d'or 11 mois
LES DR POITIERS FUTSAL a MARRAKECH 1 an
pascal locatelli a signé le livre d'or 1 an
Guy Lambert a commenté LES LIGAMENTS CROISES plus de 2 ans
ET USP a signé le livre d'or plus de 2 ans
Tigre et DRagon est devenu membre plus de 2 ans
LES LIGAMENTS CROISES plus de 2 ans
Bonne Année 2015 plus de 2 ans
bonne année 2015 plus de 2 ans
JOE MAC OUILLE a signé le livre d'or plus de 3 ans
MAILLOT des DR plus de 3 ans
L'UEFA change les têtes de série plus de 3 ans
Match et collation plus de 3 ans
Apa Wadewe Lamothe Berlivet est devenu membre plus de 3 ans
AVANT GARDE DE TROYES a commenté Dragons Rouges Poitiers / Geant Casino plus de 3 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 8 Joueurs
  • 4 Supporters

SPEED PHONE

 

Accessoire Téléphone portable

Réparation d'Ecran Cassé...

 

 

Speed Phone